Se garder une p’tite gêne?

Publié: vendredi 24 juillet 2009 dans Actualité, Boulot, C'est aussi ça la vie, Hmmm

Malgré que certains puissent penser que la récession est terminée, l’annonce de plusieurs mises à pied dans mon domaine, juste hier, juste mon secteur d’emploi me dit que les gens sont loin de pouvoir se déserrer la ceinture!

Je sais que ces cheminots sont sans contrat de travail depuis plus de deux ans, ce qui est impardonnable. Normal de vouloir en obtenir un au plus sacrant. Toutefois, ce qui me chicote un peu —peut-être est-ce plutôt de l’envie, de la jalousie mal placée — c’est que la négociation ‘stall‘ à cause des salaires et des avantages sociaux. Pour votre info, un mécano de train gagne en moyenne 73 356$, bien au dessus du salaire moyen québécois. Sans compter les avantages sociaux qui pour certains sont tout simplement absents de leurs conditions de travail me parraissent de l’autre côté assez intéressants merci pour les employés de Via Rail.

Par pareil temps ou non seulement les gens perdent leurs emplois mais ont de la difficulté à en trouver de nouveaux, ceux qui en ont un bon ne devraient-ils pas se garder une p’tite gêne?

p.s. Notez que je pose ici la question sans porter de jugement.

Publicités
commentaires
  1. Strahd Von Zarovich dit :

    Ou il y a de la gêne, ya pas de plaisir;)

  2. Mandala dit :

    C le temps de changer de domaine ma chère.

  3. Julie dit :

    Mon employeur vient (ou tente) de passer une loi réduisant de moitié et sous l’indice inflationniste les augmentations salariales prévues selon la convention collective signé il y a quelques mois.

    Bien sur, le syndicat tente de faire crier ses troupes. Le hic, c’est que plusieurs d’entre nous se garde cette p’tite gêne dont tu parles en ne sortant pas manifester dans les rues.

    Ça fait du bien de voir que beaucoup autour de moi, à mon travail, qui réalise que notre droit syndical est bafoué, pense tout de même que leur situation ne mérite pas d’être le centre d’attention.

    En plus, les trains, les pubs pour les utiliser avaient atteint leur objectif, les wagons remplis pendant les vacances… en plus que l’employeur, qui doit assumer les coûts, pourrait devoir des mises à pieds à cause des pertes encourues, à moyen terme. Les représentants syndiquaux n’ont surement pas avancé ce point aux membres dans les grandes assemblées…

  4. wello650 dit :

    Moi j’en fais un, un jugement: L’attitude bébé-gâté-en-a-jamais-assez, dans plusieurs syndicats, est risible. Je ne veux pas être leur ami, ni fréquenter ces pauvres victimes maltraitées.

  5. Tu vois, ça c’est l’avantage d’être dans un secteur où on ne se câlice pas de ce que tu fais comme job, parce que ça touche directement les gens.

    Autre exemple: la grève des employés municipaux à Toronto.

    Je pense que lorsque tu as le «soutien» de la population, de façon positive ou négative, tu peux te permettre de tenir ton bout en négociations collectives, même si tes conditions de travail sont meilleures que 95% des gens.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s